La vérité sur l’affaire Harry Québert de Joël Dicker n’est pas le dernier best-seller sorti dans les rayons des librairies. Mais, sur les conseils d’une amie, le voilà sur ma table de chevet.

Ce polar raconte la vie de Marcus Goldman, jeune auteur à succès en panne d’inspiration. Son destin bascule lorsque son mentor, Harry Québert, est accusé du meurtre d’une adolescente, disparue trente ans plus tôt. Goldman mène l’enquête pour innocenter son vieil ami et découvre que ce dernier a entretenu une relation cachée avec cette mineure.

 IMG_6047

Le lecteur est porté par les rebondissements liés aux accusations successives de faux-fuyants que le buzz médiatique transforme chaque fois en vérités provisoirement définitives. L’intrigue se resserre sur les relations entre Marcus et son professeur : de la transmission de savoirs au mensonge.

Ce roman est à la fois une réflexion sur les Etats-Unis et les travers de la société. Sur la justice américaine. La littérature et les médias.

Malgré ses huit cents pages, La vérité sur l’affaire Harry Québert se dévore. Sans faim mais avec envie. Ce thriller mêle amitié, amour et manipulation. Un savoureux mélange à déguster le dimanche sous le plaid. Et tous les soirs qui suivront.